Menu Fermer

8 autres choses à ne pas faire lors d’une randonnée en Irlande (Partie 3) – Hike in Ireland

Voici notre troisième et dernière tranche de ce qu’il ne faut pas faire lors d’une randonnée en Irlande. Vous pouvez consulter partie 1 ici et partie 2 ici. Si vous souhaitez entendre d’autres exemples encore, n’hésitez pas à laisser un commentaire ou Prenez contact avec nous à Hillwalk Tours pour en demander davantage. Je suis assez certain que je pourrais fournir quelques exemples supplémentaires pour une partie 4 si vous le souhaitez !

En faire trop

Pendant les longues journées d’été en Irlande, je vous conseille vivement de faire une petite sieste pendant l’une de vos haltes de repos tout au long de la journée. Par ailleurs, si vous continuez à avancer et que vous atteignez votre logement ou votre B&B en début ou en milieu d’après-midi, vous pouvez profiter d’une agréable sieste ou même de quelques heures de fermeture des yeux avant de vous lever à nouveau pour visiter les environs et dîner. Si je vous recommande cette formule, c’est parce que je n’ai pas l’habitude de profiter des nombreuses heures de clarté supplémentaires que l’on trouve en Irlande entre mai et août. Ce que je veux dire ici, c’est que vous pouvez vous réveiller avec le soleil dès 4h30 du matin et rester éveillé en faisant de la randonnée, du vélo ou en conduisant dans ce beau pays jusqu’à ce que le soleil se couche juste après dix heures du soir ! Une façon géniale de voir et de faire absolument plein de choses tout en visitant des lieux touristiques comme la voie du Kerrymais pour moi, c’est trop souvent une recette pour un désastre sous forme d’épuisement complet. Alors, n’oubliez pas de toujours vous mettre au pas lorsque vous partez en randonnée en Irlande. Cependant, la nature relaxante des chemins, des villes et des pubs de village que vous rencontrerez lors d’une randonnée en Irlande signifie que vous vous laisserez généralement aller à un rythme agréable et détendu chaque jour. Ou comme ils le prononcent dans l’ouest de l’Irlande, « prendre le taureau par les cornes ». Oui, je sais qu’il peut être difficile de s’arrêter quand il y a tant à voir et à faire dans un si petit pays, mais il y a toujours le lendemain et encore 17 heures de soleil !

Manquer le coucher de soleil

Après vous avoir informé de nos journées étonnamment longues pendant l’été irlandais, je dois également vous faire remarquer que même si vous êtes fatigué après une longue journée de marche, vous ne devez jamais vous permettre de manquer les magnifiques couchers de soleil dans l’ouest de l’Irlande. Le site des sentiers de randonnée le long de l’océan Atlantique sont réputés pour leur vue imprenable sur le soleil couchant qui plonge derrière les vagues au loin vers la mer. Cependant, comme je l’ai déjà dit, le soleil se couche assez tard au milieu de l’été. Donc, si vous êtes fatigué, faites une sieste pendant la journée. Ou si vous arrivez tôt dans votre B&B, faites une petite sieste avant de dîner tard, puis réveillez-vous pour quelques heures de détente à l’extérieur, en admirant les nuances roses et violettes des gros nuages irlandais qui arrivent de la mer.

Manquer le lever du soleil (en hiver)

Inversement, si vous vous retrouvez à faire de la randonnée en Irlande pendant les mois d’hiver, il est assez difficile de manquer le lever du soleil. À l’approche de Noël, le soleil ne se lève qu’à 9 heures du matin environ ! S’il peut faire un peu froid pour une longue randonnée en Irlande en décembre, janvier ou février, le temps peut être étonnamment doux en octobre, novembre et même en mars. Et c’est au cours de ces trois mois que le soleil commence (ou cesse progressivement) de se lever de plus en plus tard chaque matin. Une fois de plus, c’est une excellente occasion de profiter d’une grasse matinée avant de partir pour la journée, tout en réussissant à attraper le lever du soleil avec votre café du matin, ou même après votre départ. Même si je sais que le lever du soleil est techniquement exactement le même que le coucher du soleil – juste à l’envers – pour moi personnellement, il y a quelque chose de spécial à regarder le soleil se lever. Il a été prouvé que cela vous réveille mentalement et physiquement et vous permet de bien démarrer la journée. C’est pourquoi je suis heureux de pouvoir regarder le soleil se lever presque tous les jours pendant l’hiver irlandais. Un lever de soleil à 4h30 ou 5h du matin au milieu de nos étés est tout simplement trop tôt pour commencer la journée sans que cela ne me rattrape plus tard, malheureusement !

Porter des bottes d’hiver en été

Encore une erreur que j’ai commise et qui a entraîné beaucoup de malaise sans solution immédiate. Il s’avère que mes chaussures de randonnée sont extrêmement épaisses et bien isolées. Même en portant des chaussettes de randonnée fines (mes pieds ne se boursouflent pas facilement), mes chaussures d’été résistantes et surtout mes chaussures de randonnée d’hiver se transforment en four – et ce sont mes pieds qui sont au menu ! C’est pourquoi je me suis habitué à porter des chaussures de trail runners assez souvent pendant mes randonnées d’été, même lorsque je traverse des terrains accidentés, rocheux ou marécageux et humides. En fait, j’ai découvert que le fait de me débarrasser du poids supplémentaire sur mes pieds revient à en déduire quelques kilos sur mon dos. De plus, les coureurs de sentier sont très bien conçus de nos jours, car ils offrent une bonne adhérence sur les terrains glissants et assurent un certain soutien et une certaine protection des chevilles, à condition que vous soyez habitué à les utiliser et que vous soyez suffisamment agile sur vos deux pieds. Chacun a ses préférences et sa température corporelle, mais pour moi, je préfère être un peu mouillée et fraîche et pouvoir me réchauffer plus tard, plutôt que d’avoir irrémédiablement chaud et d’être étouffante lorsqu’il n’y a pas d’ombre pour se retirer et que je ne peux pas continuer à m’arrêter le long du sentier.

Hiking boots on leaves

Allez vous faire voir !

D’accord, cela va sans doute de soi, mais je vais le répéter ici : Ne vous laissez pas perdre irrémédiablement lors d’une randonnée en Irlande ! Oui, comme je l’ai dit et répété, l’Irlande a la chance de posséder le meilleur des deux mondes – une nature vierge qui n’est pas complètement isolée. Contrairement à l’Australie et à l’Alaska, les régions sauvages de l’île d’Émeraude sont également assez proches pour permettre une forme d’aide d’urgence, d’abris et/ou de fournitures. Il y a de l’eau courante presque partout, que vous pouvez filtrer et traiter en situation de survie, et le pays est sillonné de routes d’où vous pouvez éventuellement appeler à l’aide. Cependant, même dans des conditions aussi favorables, il est très bon de ne jamais se laisser perdre, ni vous ni votre groupe de randonneurs. La raison étant ? Des blessures et rien d’autre. S’il y a une raison, et une seule, pour laquelle je vous recommande de ne pas vous perdre, c’est parce que même sur les sentiers les mieux balisés de l’un des pays les plus sûrs au monde pour la randonnée, si vous vous blessez et que vous vous rendez compte que vous êtes perdu, vous êtes dans une situation délicate. Si vous ou quelqu’un de votre groupe se blesse au point d’avoir besoin d’aide ou d’une opération de sauvetage, il est crucial de pouvoir décrire où vous vous trouvez, au moins de façon assez approximative. C’est facile à faire de nos jours avec un GPS précis qui fonctionne bien sur nos smartphones, mais si le temps se dégrade, si vous perdez votre connexion et que vous réalisez que vous n’êtes pas sûr de la piste sur la carte sur laquelle vous avez marché pendant les trois dernières heures, votre situation pourrait en fait devenir assez désastreuse. Mais ne me laissez pas vous dissuader de faire de la randonnée en Irlande ! De tels scénarios sont extrêmement rares ici – aussi bien pour se blesser que pour se perdre. Nos sentiers de randonnée sont très bien entretenus et sûrs, et il est assez difficile de devenir vraiment « géographiquement handicapé » en Irlande. Cependant, il est toujours utile de réitérer l’importance de rafraîchir vos connaissances en matière de navigation et de connaissance de la situation avant de partir pour une randonnée d’une ou plusieurs journées en Irlande.

Oubliez les éléments clés

C’est sans doute plus important en hiver, mais il est également bon d’établir une liste de contrôle des bagages à emporter en fonction de la saison et du lieu où vous vous trouvez et de cocher les cases correspondantes avant de partir. Chez Hillwalk Tours, nous vous fournissons listes de contrôle pour l’emballage pour rendre le processus encore plus simple pour votre randonnée en Irlande. N’oubliez pas de toujours apporter des articles essentiels tels qu’un imperméable ou un poncho de secours, même pendant les mois d’été, ainsi que des piles de rechange pour votre lampe de poche ou votre lampe frontale en hiver.

Kidney cup hiking tip Ireland

Vous n’aurez pas toujours besoin d’apporter votre réchaud de camping. – Crédit photo www.nicholasgrundy.com

Finir dans un champ plein de vaches

Oui, une autre erreur stupide que j’ai commise il y a quelques années est de ne pas vérifier complètement le champ d’un agriculteur pour le bétail avant d’y entrer. Apparemment vide à première vue, j’ai manqué un certain nombre de signes clairs d’avertissement dans mon empressement à prendre quelques photos par une journée incroyablement claire dans l’ouest de l’Irlande. Juste pour que vous le sachiez, ces signes évidents de l’occupation actuelle dudit champ par le bétail comprenaient de nombreuses fientes de vaches, clairement mâchées et piétinées sur des touffes d’herbe, et des marques récentes de tracteur de l’agriculteur. Pour en revenir à l’histoire, je marchais vers le sommet de la colline proéminente contenue dans les terres du fermier (avertissement : il était d’accord avec mes visites) et je n’ai toujours pas vu de vraies vaches. J’ai atteint le sommet et, légèrement essoufflé, j’ai commencé à m’éloigner en contemplant une vue majestueuse des champs en patchwork de l’Irlande rurale, qui formaient un damier vert et jaune brisé par des murs de pierre scintillants. Le soleil brillait chaud et brillant en brisant les nuages vaporeux qui se trouvaient au-dessus de moi. Un bruit soudain derrière moi m’a réveillé de mon rêve. Je me suis retourné lentement et prudemment pour découvrir toute une famille élargie de bétail qui me regardait fixement. Les vaches ne sont pas si importantes que ça, tant qu’elles ne se sentent pas protégées par rapport aux veaux qui se trouvent dans le même champ qu’elles. Mais le problème, c’est aussi le nombre de génisses mâles présentes ! J’ai donc pris une fuite rapide, mais sans panique apparente, par-dessus le mur de pierre et la clôture de fil de fer barbelé les plus proches.

Morale de l’histoire : Vérifiez toujours que les champs sont sûrs à traverser avant d’y entrer ! Soyez particulièrement attentifs aux panneaux « Attention aux taureaux » et rappelez-vous que les béliers peuvent être dangereux alors que les brebis vont généralement bien.

Emballer un poids inutile

Il faut toujours se débarrasser des emballages superflus et inutiles lorsqu’on se prépare pour une randonnée. C’est ce que nous faisions souvent à l’armée avec nos rations avant de partir. De même, n’emballez pas d’aliments en boîte qui sont pleins d’eau, comme les pois chiches en conserve. Une fois, j’ai fait une randonnée en Irlande en transportant beaucoup trop de poids excédentaire sous forme de boîtes métalliques contenant des liquides supplémentaires inutiles à l’intérieur. Cela va sans dire, mais mes pieds, mon dos et mes épaules ont été inutilement abîmés par la suite. N’en faites pas trop inutilement, car le poids supplémentaire de votre sac à dos peut faire la différence entre apprécier réellement votre promenade et se débattre trop pour apprécier réellement les paysages qui vous entourent. La différence entre le poids brut et le poids net sur la canette représente la quantité d’eau ou d’autre liquide qui est généralement gaspillée, car vous la videriez normalement de la canette avant de la consommer. C’est pourquoi je suis récemment passé à la version sachet du thon au lieu de la version boîte de conserve. Non seulement il est conditionné dans un emballage plus léger, mais il contient également moins de liquide à égoutter. Les randonneurs soucieux de la durabilité devront toutefois « peser » leurs options en ce qui concerne les types d’emballage plus ou moins respectueux de l’environnement. Par exemple, une chose qui me rend fou ces derniers temps est la découverte que de nombreuses formes de matériaux d’emballage en plastique souple ne sont en fait pas facilement recyclables. Cela signifie que même pour ceux d’entre nous qui essaient de faire ce qu’il faut et de les mettre dans la poubelle de recyclage, nous pouvons faire plus de mal que de bien car cela gâche la séparation des déchets purs et des matériaux qui peuvent être correctement recyclés et réutilisés.

DPCU bag Irish Hillwaking

Trop de matériel peut-être ? – Crédit photo www.nicholasgrundy.com

C’est tout ce qu’il y a dans cette série en trois parties. J’espère que vous l’avez apprécié, que vous avez appris au moins quelque chose d’utile et que vous avez bien ri. Vous pouvez consulter partie 1 ici et partie 2 ici. Si vous souhaitez entendre d’autres exemples encore, n’hésitez pas à laisser un commentaire ou Prenez contact avec nous à Hillwalk Tours pour en demander davantage. Je suis assez certain que je pourrais fournir quelques exemples supplémentaires pour une partie 4 si vous le souhaitez !

Commentaires

commentaires

Cet article a été rédigé par Nicholas et traduit par LesBâtonsdeMarche.com. Les produits sont sélectionnés de manière indépendante. LesBâtonsdeMarche.com perçoit une rémunération lorsqu’un de nos lecteurs procède à l’achat en ligne d’un produit mis en avant.